Scottish Tour 2023 Jour 2

30 avril 2023

C’est parti pour ce 2ème jour, qui commence sous la pluie, et qui finira,… sous la pluie !
C’est clairement le jour où tout aurait pu s’arrêter…

Il est 7h du mat, il a plu toute la nuit, il fait à peine 10°, et j’ai froid. J’ai eu froid, et j’ai de la buée sur mes lunettes… Je me jette sur mon petit déj lyophilisé et avale 2 barres énergétiques supplémentaires. La pluie s’arrête, puis reprend, et entre 2 averses, je remballe ma tente et décolle du Strawberry Hill Farm direction Edimbourg, en longeant la côte Est par l’A1. J’ai enfilé ma veste de pluie, et c’est parti pour une journée dantesque. Je n’ai pas mis la caméra car il pleut trop, et après quelques kilomètres, à nouveau des travaux sur l’autoroute A1 qui vont me dévier près de Washington, en passant par Armstrong, où je galère pas mal, entre GPS, pluie, conduite à gauche, ronds points embouteillés,… Bref, beaucoup d’énergie et de stress. Je retrouve enfin l’A1 et m’arrête à une station Harvest Energy (B1341), près de Adderstone, proche de Belford. Là, je sympathise avec un anglais qui est venu nous voir, Gypsy et moi, et nous entamons une petite discussion. Des moments comme celà, il y en aura presque à chacun de mes arrêts. Un mec tout seul, français et Gypsy, çà interroge, et je ne m’y attendais pas ! C’est l’une des bonnes surprises de ce voyage. Je pensais déjeuner, car il est déjà 13h, mais l’appétit n’y est pas, et je décide de continuer car je suis parti tard ce matin.

Je m’arrête quand même vers 14h, sous un léger crachin, en prenant une petite route, histoire d’être au calme et d’avaler de nouveau une nouvelle barre énergétique (2 ?) et boire un peu. C’est important d’avoir des barres énergétiques. J’en ai acheté beaucoup avant de partir, et çà ne prend pas de place et tu peux en mettre un peu partout sur la moto !! Je repars donc après 3/4 d’heure de pause, et la pluie m’accompagne. Elle ne me lâchera plus jusque Edimbourg. Berwick n’est pas très loin, et je suis maintenant OFFICIELLEMENT entré en Ecosse !!

Edimbourg justement, j’y arrive. Il est 16h, il pleut des cordes, comme tu verras sur la vidéo, Le Forth Bridge disparaît dans le brouillard. Je suis exténué, et je sens bien qu’il faut que je m’arrête, sauf que je suis sur l’autoroute, et que les campings sont plutôt dans la campagne… J’ m’arrête donc sur sur zonne commerciale, et fait le point. C’est là où tu remercie d’avoir un téléphone GPS étanche, qui te permet d’utiliser Google à haute voix ! Je demande donc à Google de me trouver un camping à proximité. Le plus proche est à 19 km, mais je dois revenir sur mes pas, re-traverser Forth Bridge, et me diriger vers le Beecraigs Camping Site à Linlithgow. Il est 17h, la route est superbe, la pluie s’est arrêtée, on est dimanche soir, et bien sûr, personne à l’accueil du camping. L’endroit est juste magnifique, au bord d’une forêt et départ de grandes randonnées. Les batteries sont comme moi, à plat, et je n’aurai même plus la force de filmer…

Pas question de continuer. Je trouve un panneau m’indiquant la procédure pour entrer : Il faut se connecter sur le site web, et payer son emplacement (35 livres, pas donné !), ce qui te donnera un code pour passer la barrière d’entrée. Après avoir réglé, je reprend Gypsy et me dirige vers la barrière, dont l’accès est en pente, bien raide, et je ne peux pas accéder au clavier, ni faire demi tour. Je t’explique : faire un demi tour dans une pente avec la moto chargée n’est déjà pas facile, voire impossible. Il faut te laisser descendre en marche arrière jusqu’à un point plus plat, mais la pente est trop longue, je suis exténué. J’appelle donc avec mon téléphone, et très aimablement, la propriétaire est arrivée, dans sa BMW blanche pour m’ouvrir.

Après avoir cheminé dans ce magnifique Campsite, j’arrive sur une grande clairière, où je peux enfin m’installer. Il y a un cycliste qui est en train de monter sa tente, et je commence à sortir mes affaires, à commencer par mon siège et de quoi me faire un bon café. Je suis au bout de mes forces et je mesure combien cette journée pluvieuse m’a bouffé toute mon énergie, et pourtant j’ai parcouru 307km en 4h31 !
Je me change et, surprise, j’ai une énorme cloque sur la cuisse droite, la faute à ma genouillère, dont le grip a frotté tout au long de la journée, sans que je m’en aperçoive ! J’ai vraiment le moral à zéro et j’appelle mon épouse pour lui dire où je suis et que j’envisage sérieusement de rentrer ! Je n’arrive pas à manger, je suis KO, j’ai mal partout, surtout aux cervicales, et me demande bien ce qui m’a pris de faire ce voyage ! Finalement, cet appel est moralement régénérateur !

Je vais prendre une bonne douche et me dirige vers les sanitaires, qui sont chauffés, et dont le cycliste utilise un chauffage pour faire sécher ses affaires, qui, comme les miennes, sont trempées !! les cabinets de toilette sont individuels et comportent WC, évier, douche, et séche cheveux ! Un vrai bonheur et je ne te cache pas que j’en ai abusé ! Je profite donc également pour faire sécher mes affaires, charger les batteries de GoPro pour toute la nuit. C’est la première fois que je laisse mes affaires sans surveillance, mais, il faut apprendre à faire confiance, et, à cette période, il n’y a que de vrais voyageurs dans les campings ! Un couple vient d’arriver et installe sa tente.

La nuit va être pluvieuse mais réparatrice, ponctuée de brames de cerfs et de quelques avions, car l’aéroport d’Edimbourg n’est pas très loin. Je m’endors, épuisé. Je pense ce jour là, avoir atteint mes limites, physiques, psychologiques, bref, le bout du bout. Et puis, le lendemain matin…

Suite au prochain épisode !

Le camping du jour : Beecraigs Camping Site à Linlithgow, https://www.westlothian.gov.uk/beecraigs

Le jour où tout a failli basculer…