La Plaine au Bois – 50°52’40.2″N 2°26’32.4″E

En cherchant un parcours en direction des Flandres, dans un rayon de 100 km, j’ai trouvé le village d’Esquelbecq. TomTom m’a établi une boucle, en mode très sinueux et relief maxi. Cà promet !!

​Audruicq, Sainte marie Kerque, Cappelle-Brouck, et première surprise : Une belle piste  près d’Eringhem sur laquelle je décide de faire une vidéo de présentation de ma moto. Direction Esquelbecq, Bambecques et arrivée à Esquelbecq où je fais une première pause. Je reprend la route vers Wormhout où je rattrape une petite route de campagne et je découvre un panneau : La Plaine au Bois.

Je décide donc d’aller voir ce que c’est et là, je découvre un fait de guerre sur un site préservé et entretenu.Ce site évoque le massacre de 80 soldats britanniques et d’un soldat français lors de la seconde guerre mondiale, dans le cadre de l’opération Dynamo, durant laquelle les grandes unités alliées devaient se regrouper à Bray Dunes avant d’être embarquées vers la Grande Bretagne (Film « Dunkerque »).

​Voilà une des « surprises » des parcours improvisés Qui font découvrir des sites ou des morceaux d’histoire de notre région, et qui alimentent notre devoir de mémoire.

Le 28 mai 1940, les troupes allemandes bloquent l’accès à la ville de Wormhout, ainsi qu’aux communes voisines de Ledringhem et Esquelbecq. Ces points sont stratégiques pour une éventuelle progression vers Dunkerque. Durant cet affrontement, une centaine de soldats appartenant au Royal Warwickshire Regiment sont faits prisonniers et enfermés dans une grange implantée sur une patûre du lieu dit « La Plaine au Bois ». En fin d’après midi, douze S.S. de la Leibstandarte commandés par Wilhelm Mohncke (1911 – 2001) commencèrent leur épouvantable besogne en lancant 5 grenades dans la grange.

​Bert Evans est un soldat britannique. il s’échappe du massacre et plonge dans une mare pour se sauver. Une fois que tout le monde fut parti, Bert Evans sortit de la mare, toujours visible, et s’enfuit à la ferme Bollengier. Durant le trajet, il est à nouveau touché par une balle à l’épaule mais parvient à se réfugier dans une annexe de la ferme avant de recevoir, en cachette, les premiers soins par Solange Bollengier, la fille de l’exploitant devenue depuis la belle-mère de Jean-Michel Devynck, maire d’Esquelbecq jusqu’au 10 août 2015.

​En 1972, des vétérans britanniques ayant combattu dans les villages avoisinants, retrouvèrent le site et y déposèrent des croix.

La grange fut reconstruite et inaugurée en 2001, en présence de deux survivants du massacre, Alf Thombs et Bert Evans. Les 80 Hêtres pourpres représenteent les victimes et les 40 chênes ont été offerts par les anciens combattants de Birningham.

Un promontoire permet d’avoir une vue globale du site et de ses environs, et une stèle a été édifiée à la mémoire des combattants et civils tombés durant la la Seconde Guerre Mondiale dans cette partie de la Flandre.